Napoléon

Napoléon 1er, dit aussi Napoléon Bonaparte, est né le 15 aout 1769 et est mort le 5 mai 1821. Général français, il devint rapidement l'un des plus grands empereurs Français, et stratèges reconnus. Il acquit un certaine notoriété pour son habileté militaire et politique, qui porta la France à son extension maximale. Mais qu'en est t-il de ce personnage connu de tous et pourtant si méconnu en réalité ? Sa représentation était-elle la vérité, ou n'était-ce qu'exagération et subterfuge ?

                                                                                     

Pour étudier cette question, nous allons nous servir des différentes peintures sur Napoléon, puisque dans chacune de ses peintures, on peut remarquer que Napoléon est au centre : il est l’élément que l’on remarque le plus. On peut d'ailleurs y discerner une envie d'être l'élément principale, dans chacune de ses représentation. Napoléon désire qu’on le remarque, il veut que le peuple l’admire. Pour cela, il utilise des portrait de lui le glorifiant.

                                                                       

Dans l’un des tableau le plus célèbre de la légende Napoléonienne, Le premier consul franchissant les alpes du grand saint Bernard, de Jacques Louis David, ci-dessus : on peut voir Napoléon, sur son cheval, représenté de façon glorifié, grandiose, posant pendant la guerre. Il apparaît de façon héroïque. Mais la réalité, elle,  est tout autre. En effet, c’est à dos de mulet que Napoléon Bonaparte franchit le col portant une simple redingote grise, et non ce magnifique manteau flottant au vent. C'est une véritable apparition du Héros romantique : il triomphe sur sa monture, cabré en diagonale, symbole même de son ascension personelle.
L'oeuvre fait de Bonaparte l'égal des plus grand conquérants (Annibal, Charlemagne...), qui sont gravés sur le rocher au tout premier plan, à gauche.

                                                                                  

Il y a aussi l’une des premières images emblématiques du mythe Napoléonien, Le général Bonaparte au pont d‘Arcole, ci-dessus.
Ce tableau exalte les vertus du chef militaire, celles qui s’incarnent dans le jeune général Bonaparte à la tête de l’armée Italienne On l'y voit comme conquérant héroique, entraînant ses troupes, étendart et sabre à la main, afin d'arracher la victoire par sa seule bravoure. Cependant, dans la réalité, le pont d’Arcole n’a pas était franchi. Qu’importe, l’artiste embellit l’épisode et le fait entrer dans la légende. Fougue, courage et volonté émanent tous à la fois de cette peinture, due au pinceau de Gros, jeune peintre qui assiste a la bataille d’Arcole. Ici encore, Napoléon veut tellement être magnifié qu'il va jusqu'à imaginer un épisode de sa vie à travers la peinture.
                                                              

Dans la peinture Sacre de l'empereur Napoléon 1er, qui illustre le couronnement du 2 décembre 1804 dans la cathédrale Notre Dame de Paris, nous retrouvons la patte de David. C'est une peinture colossale (6x10m), à tel point qu'elle nous permet de distinguer chaque personnage durant la cérémonie. On peut d'ailleurs distinguer la reine Mère, pourtant absente durant la cérémonie. Cet élément souligne l'importance de Napoléon, il va jusqu'à rajouter certaines personnes pour montrer son importance. Aussi, cette oeuvre est tellement imposante que Napoléon aura ce mot : « Ce n'est pas de la peinture, on marche dans ce tableau » pour montrer sa satisfaction. Pour certains, cette peinture représente même Napoléon s'autoproclamant empereur.

                                                                                 

Dans la peinture Napoléon 1er sur le trône impérial, ci-dessus, nous montre Napoléon sur son trône.
Cette peinture faite par Ingrès en 1806, est une impressionnante effigie de napoléon, qui rompt avec les conventions du portrait royal d'ancien régime mais qui, au contraire, se rattache aux codes de représentation de l'Antiquité et du Moyen-Âge. Cette peinture est une parfaite incarnation du chef suprême : l'empereur y est mis en scène sur le trône impérial, avec tous les attributs du pouvoir avec la tenue réservée au sacre. Les regalia insignes du nouveau régime, le sceptre, la main de la justice, éléments auxquels s'ajoutent les emblèmes et les insignes du nouveau régime, à savoir l'aigle, les abeilles, ainsi que le grand collier de la Légion d'Honneur.
Certains éléments permettent de s'identifier à des grands personnages historiques, telle la couronne de laurier, en référence à César. D'autres, à Louis XIV, dit le "Roi Soleil". Quoiqu'il en soit, tous les symboles ici présents se rapportent au pouvoir, à la majesté. Ici aussi, Napoléon est comparé à Dieu, et montre son incroyable pouvoir.

De même, la peinture Esquisse pour le triomphe de Bonaparte ou Allégorie à la paix, ci-dessus, de pierre Paul Phrudon, fait référence elle aussi à César, rentrant vainqueur de la guerre. On y voit ici un char et la couronne de laurier, toujours dans le même ordre d'idée, celui de l'idendification et de la référence à d'illustres personnages historiques pour assumer sa légitimité et impressioner.

                                                                                     

La peinture Napoléon dans son cabinet de travail aux tuileries, ci-dessus, nous présente Napoléon en habits militaire, qui évoque l'oeuvre civil de l'empeureur.
Ici, Napoléon porte l'uniforme bleu de colonel, des grenadiers de la garde. La bougie consumée, l'horloge indiquant 4 heures ainsi que la plume et les papiers éparpillés sur le bureau montrent qu'il a travaillé toute la nuit sur le Code Civil.
L'aube se levant, Napoléon s'apprête maintenant à passer ses troupes en revue. On perçoit bien l'intention de ce tableau, qui est de montrer que Napoléon est un chef militaire, ainsi qu'un puissant homme d'état, et un legislateur à la force de travail incomparable.

                                                           

Dans la peinture Napoléon sur son lit de mort, on peut voir une toile simple, se concentrant sur le visage de l'empereur.
On peut encore retrouver la couronne de laurier, désormais "culte" et presque indispensable sur chacun de ses tableaux. L'ensemble de cette peinture montre que, même dans la mort, Napoléon continuera à diriger le pays, et que sa puissance ne cessera jamais, qu'il sera pour toujours inscrit dans l'histoire. Ce tableau, qui peut-être considéré comme l'apothéose, est donc une véritable glorification du culte de Napoléon.

Enfin, nous avons pu voir que Napoléon a créé un vrai culte de la personnalité, la légende napoéolienne étant orchestré par les peintres eux-même, tels David ou Gros, qui admiraient considérablement Napoléon. Tout au long de sa vie, Napoléon s'est adressé à des peintres qui pouvait magnifier son pouvoir. Napoléon joue donc sur l'impact de la peinture sur le grand public.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site